Campus Enemies. Plaisirs coupables

Dans les tragédies, il y a toujours deux versions : celle des victimes et celle du bourreau … Quand le frère de celui qui a semé la terreur sur le campus est de retour, il se met un point d’honneur à ne pas baisser la tête malgré les mauvais coups.
Un grand merci à Orlane, Éditions Addictives, pour ce nouveau service presse 😘.


Et si les apparences étaient trompeuses ?


De quoi ça parle : Continuer à vivre après avoir échappé à une tuerie de masse ? Compliqué. Craquer pour le frère du tueur ? Impossible…
Isée fait partie des Sept : une poignée d’étudiants qui a réchappé à une tuerie de masse sur le campus de Fayetteville. Ce jour-là, Joaquim Matlin a fait treize victimes en plus de se donner la mort, laissant derrière lui une mère fragile et un frère absent. Mais aujourd’hui, Knox revient après deux ans d’exil, et il est prêt à semer le trouble au sein de cette communauté qu’il juge responsable du geste assassin de son frère. Isée se voit contrainte de mettre sa reconstruction sur pause quand Knox débarque à la commémoration du drame, armé de son sourire arrogant. À partir de là, elle se jure qu’il va devenir son pire ennemi. Mais Knox va se battre, envers et contre tout, pour retenir le cœur de celle dont il ne devait pas tomber amoureux…

Ce que j’ai aimé … ou pas … : Il y a des événements qui vous marquent à vie. Que vous soyez dans le camp de “bons” ou des “méchants”, cette partie de vous est ancrée dans votre ADN. Chacun des protagonistes va devoir réapprendre à vivre et à museler sa peur … Alors que dire 1) Isée a cru mourir dans une salle de TD. En un claquement de doigts, les détonations lointaines se sont rapprochées pour faire face au canon de celui qui avait droit de vie ou de mort sur les étudiants de Fayetteville. Depuis ce jour funeste, entourée de sa famille, elle tente de reprendre sa vie en main. Si elle est marquée à vie par cette épreuve traumatisante, elle a trouvé un soutien et développé une amitié avec les six autres survivants de cette tuerie. Nommés les Sept, en échappant à la tuerie, ils ont acquis un statut leur permettant quelques incartades sans avoir à craindre les réprimandes. Alors, quand le frère de celui qui a semé la terreur est de retour, ils ont bien le droit de lui faire payer le geste de son frère ? Celle qui venait de reprendre du poil de la bête, ne fait que croiser ce frère nocif qui se balade avec son sourire arrogant. Elle est prête à tout pour que lui et sa mère dégagent le plus vite possible, quitte à pactiser avec le diable … 2) Knox est de retour pour un but bien précis et ne compte pas courber l’échine devant ceux qu’il tient pour responsable de l’acte de son frère. Car, si chacun a perdu un être cher dans cette tuerie, lui a perdu son petit frère, mais également sa mère, qui n’est plus que l’ombre d’elle-même après ce geste que personne n’avait anticipé. Il impose jour après jour sa présence sur ce campus, ne perd jamais son sourire et n’hésite pas à répondre avec ses poings quand l’un des Sept a du mal à accepter sa présence. Malgré le fait qu’il souhaiterait tous les faire payer, l’une d’entre elles retient son attention. Il sait qu’il ne l’aurait jamais, qu’elle ne fait pas partie du plan initial, mais il n’a rien à perdre, même pas son cœur qui a gelé lorsqu’il a vu les images du massacre à la télévision. 3) Harlan est le cousin d’Isée, mais pourrait surtout être le frère qu’elle n’a jamais eu. Ils ont toujours été proches et la tuerie n’a fait qu’augmenter son côté protecteur envers sa cousine. Avant, il était même copain avec Knox. Il est sans doute celui qui réalise réellement qu’il y a deux versions des faits. Il se montre présent pour Isée par une simple pression de main, mais il ne tourne pas le dos à Knox. Certes, ils ne vont pas boire un verre au bar que tout le monde fréquente, mais il n’hésite pas à passer du temps avec lui “comme avant”.

Avis : Le prologue nous entraîne dans l’horreur que s’apprête à vivre les étudiants du campus de Fayetteville. A travers les mots d’Isée, on sent la peur s’infiltrer, l’impuissance de ne rien pouvoir faire. Ceux qui en ressortent sont certes vivants, mais il va leur falloir un peu de temps pour reprendre leur vie. Les Sept rescapés sont soudés par cet événement. Ils partent en vacances ensemble, se retrouvent pour alléger ce quotidien parfois pesant, surtout depuis qu’un indésirable foule le sol de leur université. Celui qui n’aurait jamais dû revenir (encore moins en ce jour si particulier) arbore un sourire que certains rêvent d’effacer. Chacun tente de le mettre à terre, alimente les rancœurs de chaque élève, mais Knox ne se laisse pas faire, même quand un jeu innocent pourrait se transformer en vendetta. Le frère de celui qui a fait treize victimes n’est revenu que pour une chose, mais avant cela, il compte tout faire pour emmerder les autres. Il est le paria, chacun de ses déplacements sont accompagnés de murmures, mais il encaisse tout ! Hors de question de montrer la douleur d’avoir perdu son frère dans cette tragédie. Celui qui était parti depuis de nombreuses années n’a rien vu venir. S’il s’en veut de ne pas avoir pu protéger son frère, il en veut encore plus à tous ceux qui l’ont poussé à faire ce geste irréparable, impardonnable. Malgré tout, une petite nana, un des Sept attire son attention… Si Isée tente d’oublier la présence de Knox, elle a parfois des actes en totalement opposition avec ses envies. Un rapprochement se fait, puis un autre, puis une impression de reprendre vie la surprend. Malgré tout, elle pense avant tout aux regards des autres, aux qu’en dira-t-on. Si elle peut compter sur Harlan, son cousin, elle seule peut prendre la décision qui pourrait tout faire exploser. Rien n’est simple dans cette histoire, car on se surprend à vouloir câliner celui qui porte la mort sur lui. Alors certes, Knox n’a pas appuyé sur la détente mais il est là, à sourire, à montrer qu’il emmerde tout ce petit monde qui a souffert. Il encaisse les coups, les crasses sans jamais broncher. Il n’y a qu’avec qu’une seule personne qu’il ne se montre pas hypocrite : Isée. Ironie de la vie, elle fait partie des rescapées. Avec elle, il voudrait plus, mais il comprend qu’elle n’est pas prête à prendre des risques pour lui. Elle est perdue entre son passé, sa vie avec les Sept et ce qu’elle ressent avec lui. Il ne devrait pas être là, elle ne devrait pas lui laisser prendre de la place dans sa vie et pourtant il est sans doute le seul avec qui elle peut lâcher prise … Je trouve que dire que j’ai adoré ce livre serait déplacé. Certes, nous sommes dans une fiction, mais nous voyons bien trop souvent ce genre d’événement aux infos. Malgré tout, il permet de réaliser que tout le monde est perdant dans ce genre de traumatisme. On ne nous demande pas de prendre position pour l’un des camps, mais juste de faire confiance à notre cœur, qui sera reconnaître ceux à qui nous pouvons faire confiance. Petit conseil livresque, munissez-vous d’un petit mouchoir, car Knox ne va pas vous épargner, que ce soit avec sa douleur ou avec son envie de dire merde aux conventions.

@ très vite entre deux chapitres
👉 Psitt ! Pour vous le procurer, c’est par ici.

Une réflexion sur “Campus Enemies. Plaisirs coupables

  1. Pingback: Sorties de la semaine | I need more books

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s